Navigation – Plan du site
EPHE
Polythéismes antiques

Religions de Rome et du monde romain

Conférence de Nicole Belayche

Notes de l’auteur

Je dédie ce résumé à Simon Price († 2011).

Texte intégral

1Au premier semestre, on a continué d’examiner des questions posées par « La représentation du divin à l’époque romaine », en mettant l’accent sur la notion de « divin » telle qu’elle apparaît dans le lexique grec antique : theos évidemment, mais aussi theios, theion, hêrôs, daimôn, dunamis, etc. Il n’y a pas eu de conférences au second semestre, car j’ai été membre de la School of Historical Studies de l’Institute for Advanced Study de Princeton (NJ/USA).

I. Approcher la notion du divin à travers le lexique antique ?

  • 1 Par exemple, l’étude classique de G. François, Le polythéisme et l’emploi au singulier des mots ΘΕΟ (...)

2Depuis deux ans maintenant, un des deux thèmes de l’année porte sur La représentation du divin à l’époque romaine, en lien avec le groupe de recherche européen (GDRE/CNRS « FIGVRA ») que je pilote sur le sujet. Cette année, l’accent a été mis sur la notion de « divin » telle qu’elle apparaît dans le lexique grec antique : theos évidemment, mais aussi theios, theion, hêrôs, daimôn, dunamis, etc. La documentation hellénophone fournit une grande variété de termes, sur les plans dévotionnel et conceptuel, mais il n’existait pas de terminologie juridiquement établie, à la différence du lexique latin dans le cadre de la religion publique romaine. Il est possible de dessiner un périmètre sémantique pour chacun des termes grecs1, mais les emplois s’avèrent bien plus plastiques. Une approche uniquement lexicale n’offre donc pas un critère objectif suffisant pour classifier le monde divin. Tel est le cas déjà pour la distinction entre theos et hêrôs, même si la tradition poétique grecque dit que les seconds sont la « race divine des héros que l’on nomme demi-dieux (ἀνδρῶν ἡρώων θεῖον γένος, οἳ καλέονται ἡμίθεοι) » (Hésiode, Tr. 159-160). Certes, et tout spécialement au sein du « panthéon des douze dieux », une série de puissances ne reçoivent que le prédicat de theos (Zeus, Hadès, Athéna, par exemple) ; mais d’autres puissances, comme Dionysos ou Héraclès, reçoivent les deux appellations. Une fluidité semblable existe dans les documents de la pratique dévotionnelle : on ne s’en étonnera pas puisqu’il s’agit d’honneurs rendus à des puissances en tant que supérieures, quelle que soit la nature de cette supériorité. C’est là une différence importante avec la conception du divin dans les religions abrahamiques qui ont informé la culture occidentale.

II. La qualité divine d’Antinoos dans les lexiques latin et grec

  • 2 Cf. Nicomédie, BMC Bithynia, Nicomédie n° 9 et 10.

3Au titre de case-study, nous avons examiné la terminologie utilisée pour Antinoos, « divinisé » sous Hadrien (après 130). Son culte est attesté pour une vingtaine de cités d’Asie Mineure, dont des colonies romaines (dans lesquelles il était un dieu juridiquement romain), des capitales de province et des métropoles2. Il s’est créé à la faveur d’une conjonction entre :

41) le désir et les actes propres de l’empereur, auxquels les cités étaient fort attentives dans le contexte de compétition qui les opposait ;

52) les relais de plusieurs très hauts personnages, titulaires de charges impériales (en Grèce, en Asie Mineure et à Chypre) ;

  • 3 Cf. la consultation des Pergaméniens auprès de l’Apollon de Didymes (IPergamon III, 2, après 150/16 (...)
  • 4 Cf. H. Wrede, Consecratio in formam deorum : Vergottlichte Privatpersonen in der römischen Kaiserze (...)

63) la tradition grecque d’héroïsation ou de divinisation qui immortalisait aussi bien des inconnusque les évergètes célébrés publiquement3, ou encore des individus exceptionnels, comme Apollonios de Tyane à peu près à la même époque4.

  • 5 S. Price, « Gods and Emperors: the Greek Language of the Roman Imperial Cult », JHS 104 (1984), p.  (...)
  • 6 Cicéron, De diuinatione I, 88.
  • 7 Cf. E. Bickerman, « Consecratio », dans Le culte des souverains dans l’Empire romain, Genève-Vandœu (...)
  • 8 Pour le culte public, cf. D. Fishwick, « Numen Augustum », ZPE 160 (2007), p. 247-255.
  • 9 IG II2, 3117, ll. 3 (= SEG 30, 132).
  • 10 J.-Y. Strasser, « L’empereur ΘΕΙΟΣ et une inscription de Laodicée du Lykos », EpAnat. 37 (2004), p. (...)
  • 11 S. Price, « Gods and Emperors: the Greek Language of the Roman Imperial Cult », p. 82, et plus géné (...)

7Le dossier d’Antinoos a d’abord permis de mettre en évidence une différence majeure entre typologie romaine publique du divin et classification grecque5, dont les Romains ont usé en cas de besoin. Un sénatus-consulte, datant de 73 avant notre ère ou peu avant, rendu à propos d’un conflit fiscal entre les habitants d’Oropos et les publicains, stipule que le « héros » oraculaire local, Amphiaraos, qui était tenu pour un dieu (deus ut haberetur) par « le jugement de la Grèce (fama Graeciae) »6, ne fut pas reconnu comme tel par le Sénat (IOropos 308, ll. 27-28), les publicains arguant du fait que des immortels ne pouvaient pas avoir été à un moment (aliquando) des hommes (Cicéron, De natura deorum 3, 49). Pour le droit religieux romain, un « divinisé » n’est pas un deus. Il est déclaré diuus à la suite d’une décision de consecratio prise par le Sénat : inter diuos relatus est selon la formule7. La distinction, lexicale parce que statutaire, était transmise par la chancellerie lorsque les textes latins étaient traduits en grec : ainsi le diuus Iulius, César, fut-il appelé officiellement hêrôs (ἥρωα αὐτὸν Ἰούλιον ὀνομάσας) auquel on consacrait des ἡρῷα d’après Dion Cassius (LI, 20, 6 ; 8). Sous Auguste donc, la distinction était enregistrée en grec, même si le statut juridique de diuus ne s’inscrivait que dans un contexte romain : les divinisés, analogues lexicalement aux héros grecs, recevaient des honneurs identiques à ceux des dieux, sans qu’ils en partagent l’ontologie8. La pratique grecque pouvait en tenir compte lorsqu’elle rencontrait l’inspiration poétique : Antinoos est « demi-dieu (ἡ[μ]ιθέου) » semblable à un dieu (θεοειδέος) dans un texte poétique, unique, provenant de l’Attique9. Généralement, les cités grecques adoptaient un usage plus souple : les empereurs étaient indistinctement appelés θεοῦ ou θείουυἱόςpour traduire le diui filius latin10. Comme l’écrit excellemment S. Price, « there were no institutional procedures nor established criteria controlling the predication of theos of the emperor »11.

  • 12 Dion Cassius LXIX, 11, 4 : « Finalement, il déclara qu’il avait vu une étoile qui était celle d’Ant (...)
  • 13 Par exemple, à Nicopolis d’Épire (P. N. Doukellis, « Actia Nicopolis : idéologie impériale, structu (...)
  • 14 Cf. G. Blum, « Numismatique d’Antinoos », Journal international d’archéologie et de numismatique 16 (...)
  • 15 Cf. C. Vout, « Antinous, Archaeology and History », JRS 95 (2005), p. 82 n. 11.
  • 16 J. Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l’empire. I. La politique religieuse des Antonins (96 (...)
  • 17 Pausanias 8, 9, 7 : ἐνομίσθη δὲ καὶ Ἀντίνους σφίσιν εἶναι θεός. Cf. aussi Origène, C. Cels. III, 36 (...)
  • 18 Dans deux inscriptions romaines, il est « sunthronos des dieux qui sont en Égypte », RICIS 501/0117 (...)
  • 19 Par ex. Fouilles de Delphes III 1, 214 ; éleusis (IG II2, 2046) ; Athènes (IG II2, 2058, col. I, 9) (...)
  • 20 Des Hadrianeia bien sûr (par exemple à Athènes, c. 170-171, IG II2, 2101 ; à Aphrodisias, C. Rouech (...)
  • 21 Pausanias 8, 9, 8 ; Clément d’Alexandrie, Protrept. IV, 49, 1. À Bithynion, L. Robert, À travers l’ (...)

8Aucun document n’indique que la divinisation d’Antinoos ait été fondée sur une décision des autorités romaines. Certes, l’auteur de la vie d’Hadrien dans l’Histoire Auguste (14, 7) emploie le vocabulaire juridique latin : « Ce furent les Grecs qui, selon le vouloir d’Hadrien (uolente Hadriano), le divinisèrent (eum consecrauerunt) ». Mais la formule n’est qu’analogique, puisque le processus est mis au compte des Graeci, instruments de l’empereur. Pourtant, Dion Cassius, après avoir rapporté la fondation d’Antinoopolis, une cité grecque, et des honneurs divins rendus à Antinoos – la consécration de « statues (ἀνδριάντας) […], ou plus exactement d’images sacrées (μᾶλλον δὲ ἀγάλματα) » –, fait état de la première étape du rituel de consecratio : la proclamation de l’étoile, qui conditionnait la décision officielle de divinisation depuis le paradigme du sidus Iulium12. Mais elle n’est pas suivie de sanction sénatoriale et la deuxième partie de la phrase semble bien indiquer qu’il s’agit de propos flatteurs ou apaisants pour l’empereur. Les quelques revers monétaires sur lesquels apparaissent des étoiles gravées n’ont pas à être sur-interprétés13, étant donné la fréquence du thème dans les monnayages civiques d’époque romaine. D’ailleurs, lorsque plus d’un siècle plus tard, l’empereur Julien, dans ses Césars (Or. X, 8 [311d]), passe en revue le cortège des diui depuis Jules César, il fait dire ironiquement à Silène qui voit entrer Hadrien : « Qu’on lui dise que ce garçon n’est pas chez nous (μὴ παρεῖναι τὸ μειράκιον ἐνθαδί) ». Cependant, la gravure du buste d’Antinoos au droit des monnaies (la face où figuraient l’empereur ou des membres de sa famille) dans de nombreuses cités grecques et dans des colonies romaines comme Corinthe et Ancyre14, ne pouvait qu’entretenir l’ambiguïté avec la domus diuina auprès des populations15. À Antinoopolis, fondée en son honneur en Égypte, son nom figurait au côté de ceux des membres de la domus Augusta comme éponyme d’une tribu de la cité (Osirantinoios)16. Antinoos a été traité comme – ἐνομίσθη εἶναι θεός écrit Pausanias17 – un membre de la domus Augusta dont la divinisation était devenue chose courante. En l’absence de décision officielle romaine, c’est le culte qui consacra Antinoos comme puissance supérieure18. Feu l’esclave d’Hadrien fut servi par des prêtres en Bithynie comme en Grèce continentale (à Mantinée en Arcadie, à Delphes, à Corinthe, au koinon d’Achaie), honoré par des fondations de temples (en Anatolie et en Grèce), par des jeux (de nombreux Antinoeia19, couplés souvent avec des jeux en l’honneur de membres des familles impériales20), par des « mystères » selon la terminologie religieuse en vogue à l’époque21.

III. Antinoos : hêrôs et theos

  • 22 IGLS 4, 1300 (Balanée près de Laodicée, sur la base d’un buste) : Ἀντινόῳἥρωϊ/Μ(άρκος) ΛούκκιοςΦλάκ (...)
  • 23 Cf. IGVR 848. Le syntagme n’est pas appliqué à Antinoos d’après le dépouillement réalisé.
  • 24 H. Meyer, Antinoos, p. 196.

9Passé le recensement de la variété des appellations, on s’est interrogé sur les ressorts qui avaient présidé aux variations lexicales désignant le nouveau divinisé : hêrôs et theos, mais jamais theios. Ils ne dépendent pas du type d’attestations, qui sont à peu près toutes publiques, ni d’une évolution chronologique, puisque l’écrasante majorité des documents date des années 130, et que les occurrences plus tardives, essentiellement sévériennes, n’affichent pas de modifications significatives. Ils tiennent à une combinaison de facteurs locaux ou régionaux et d’un contexte impérial, sans considérations religieuses, et en sachant que les cartons monétaires et les artisans-graveurs circulaient. Sur les monnaies, Antinoos est très majoritairement qualifié de hêrôs, une fois agathos, dans les cités d’Asie (éphèse, Hadrianotherae, Nicomédie, Smyrne, etc.) et jusqu’en Syrie22. À ce titre, il n’échappe pas à la représentation commune du theos hêrôs23 chevauchant sur un cheval. En contexte latin, c’est l’usage suivi : en 136-137, une inscription très lacunaire de Mésie supérieure indique que des colons d’un municipe minier ont dédié quelque chose « à Antinoos herôs » sur l’ordre d’Hadrien et de son César Aelius Verus24.

  • 25 IKlaudiopolis 7 ; 56.
  • 26 IG V 2, 281 ; cf. L. Robert, À travers l’Asie Mineure, Paris 1980, p. 132-138.
  • 27 À Bithynion, les concours en l’honneur d’Hadrien et d’Antinoos étaient égaux en dignité aux Actia d (...)
  • 28 IGR I, 634 honore T. Flavius Poseidonius, pontarque et grand-prêtre de l’Hexapole, π̣ρῶτον ἀγωνοθέτ (...)

10Les rares appellations de theos proviennent de sa ville d’origine, Bithynium-Klaudiaupolis (Bithynieis-Hadrianoi depuis Hadrien)25, et de la métropole de celle-ci, Mantinée d’Arcadie, où il est theos epichôrios26; car, en tant qu’« enfant du pays », donc héros local, il était hissé au rang de divinité poliade. Pour d’autres cités comme Nicopolis d’Épire, la ville-trophée qu’Auguste fonda pour commémorer sa victoire à Actium27, la colonie romaine d’Ancyre, ou Tomis sur la Mer Noire28, il semble que ce soit le contexte de forte relation avec l’Empereur qui y explique le choix de theos.

  • 29 Cf. N. Belayche, « Foundation Myths in Roman Palestine. Traditions and Reworkings », dans T. Derks, (...)

11On a terminé par l’étude de la procédure de construction culturelle de la figure divine d’Antinoos. Elle est assez uniforme et probablement exemplaire. Investissant les traditions locales, les cités adossaient le nouveau héros aux figures fondatrices ou tutélaires, à une époque (les règnes d’Hadrien et d’Antonin) où, en Orient, les cités (Éphèse, Smyrne, Kymè, Chalcédoine, Mallos, Tarse, etc.) réactivent, ou activent, des mythes de fondation pour illustrer leurs identités29. Antinoos devint immortel dans l’esprit et les actes de nombreuses collectivités d’Orient, plus que pour des particuliers chez lesquels son culte n’est guère attesté. Mais, la terminologie grecque le désignant révèle peu de choses sur son ontologie ou sa place dans l’organigramme divin, du moins du point de vue romain selon lequel les autorités religieuses attribuaient des statuts différenciés aux puissances supérieures reconnues par l’État.

IV. Les dédicaces « au Divin »

  • 30 N. Belayche, « Angeloi in Religious Practices of the Imperial Roman East », Henoch 32 (2010), p. 45 (...)

12Prolongeant l’enquête de l’an dernier sur les angeloi30, la suite du semestre a été consacrée à l’étude de témoignages dévotionnels adressés « τῷ θείῳ/au Divin ». Elle est sous-presse : « Les dédicaces “au Divin (τῷ θείῳ)” dans l’Anatolie impériale », dans M. de Souza (éd.), Le sacré dans tous ses états : Catégories du vocabulaire religieux et sociétés, de l’Antiquité à nos jours, Saint‑étienne.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, l’étude classique de G. François, Le polythéisme et l’emploi au singulier des mots ΘΕΟΣ, ΔΑΙΜΩΝ dans la littérature grecque d’Homère à Platon, Paris 1957.

2 Cf. Nicomédie, BMC Bithynia, Nicomédie n° 9 et 10.

3 Cf. la consultation des Pergaméniens auprès de l’Apollon de Didymes (IPergamon III, 2, après 150/160) à propos de « τοὺς ἥρωας Μάρκ[ε]λλον καὶ Ῥουφεῖνον », Rufinus étant un sénateur considéré comme ktistès.

4 Cf. H. Wrede, Consecratio in formam deorum : Vergottlichte Privatpersonen in der römischen Kaiserzeit, Mayence 1981 ; cf. aussi A. Le Bris, La mort et les conceptions de l’au-delà en Grèce ancienne à travers les épigrammes funéraires. Étude d’épigrammes d’Asie Mineure de l’époque hellénistique et romaine, Paris 2001.

5 S. Price, « Gods and Emperors: the Greek Language of the Roman Imperial Cult », JHS 104 (1984), p. 84, remarque avec raison « a radically different conceptual system ».

6 Cicéron, De diuinatione I, 88.

7 Cf. E. Bickerman, « Consecratio », dans Le culte des souverains dans l’Empire romain, Genève-Vandœuvres 1973 (“Entretiens de la Fondation Hardt” 19), p. 3-37 et W. Kierdorf, « “Funus” und “Consecratio”. Zur Terminologie und Ablauf der römischen Kaiserapotheose », Chiron 16 (1986), p. 43-69.

8 Pour le culte public, cf. D. Fishwick, « Numen Augustum », ZPE 160 (2007), p. 247-255.

9 IG II2, 3117, ll. 3 (= SEG 30, 132).

10 J.-Y. Strasser, « L’empereur ΘΕΙΟΣ et une inscription de Laodicée du Lykos », EpAnat. 37 (2004), p. 129-143, en part. p. 132-136.

11 S. Price, « Gods and Emperors: the Greek Language of the Roman Imperial Cult », p. 82, et plus généralement id., Rituals and power: the Roman Imperial Cult in Asia Minor, Cambridge 1984.

12 Dion Cassius LXIX, 11, 4 : « Finalement, il déclara qu’il avait vu une étoile qui était celle d’Antinoos (ἀστέρα τινὰ αὐτός τε ὁρᾶν ὡς καὶ τοῦ Ἀντινόου ὄντα ἔλεγε), et il écouta volontiers les histoires qui se forgèrent dans son entourage selon lesquelles l’étoile était née de l’âme d’Antinoos (ἔκ τε τῆς ψυχῆς τοῦ Ἀντινόου ὄντως τὸν ἀστέρα γεγενῆσθαι) et qu’elle était apparue alors pour la première fois ».

13 Par exemple, à Nicopolis d’Épire (P. N. Doukellis, « Actia Nicopolis : idéologie impériale, structures urbaines et développement régional », JRA 3 [1990], p. 399-406), malgré une notation laconique de l’Almageste de Ptolémée, cf. H. Meyer, Antinoos. Die archäologischen Denkmäler unter Einbeziehung des numismatischen und epigraphischen Materials sowie der literarischen Nachrichten, Munich 1991, p. 172, I E 17.

14 Cf. G. Blum, « Numismatique d’Antinoos », Journal international d’archéologie et de numismatique 16 (1914), p. 33-70.

15 Cf. C. Vout, « Antinous, Archaeology and History », JRS 95 (2005), p. 82 n. 11.

16 J. Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l’empire. I. La politique religieuse des Antonins (96-192), Paris 1955, p. 252.

17 Pausanias 8, 9, 7 : ἐνομίσθη δὲ καὶ Ἀντίνους σφίσιν εἶναι θεός. Cf. aussi Origène, C. Cels. III, 36, 20-22.

18 Dans deux inscriptions romaines, il est « sunthronos des dieux qui sont en Égypte », RICIS 501/0117 (Rome) et 503/1203 (Portus Ostiae).

19 Par ex. Fouilles de Delphes III 1, 214 ; éleusis (IG II2, 2046) ; Athènes (IG II2, 2058, col. I, 9) ; Mantinée (IG V 2, 313) ; Olympie (W. Dittenberger, K. Purgold, Die Inschriften von Olympia, 5, Berlin 1896, n° 450, 6-7 et 452, 6).

20 Des Hadrianeia bien sûr (par exemple à Athènes, c. 170-171, IG II2, 2101 ; à Aphrodisias, C. Roueché, Performers and Partisans at Aphrodisias in the Roman and Late Roman Periods, Londres [JRS Monographs 6], 1993, n° 70, ll. 15-16), mais aussi des Germanikeia (par exemple à Athènes, IG II2, 2086, col. I, 19-22), des Sebasteia (à Argos, IG IV, 590, 10-12).

21 Pausanias 8, 9, 8 ; Clément d’Alexandrie, Protrept. IV, 49, 1. À Bithynion, L. Robert, À travers l’Asie Mineure, Paris 1980, p. 133 (= IGR III, 73).

22 IGLS 4, 1300 (Balanée près de Laodicée, sur la base d’un buste) : Ἀντινόῳἥρωϊ/Μ(άρκος) ΛούκκιοςΦλάκκος. À Alexandrie aussi, cf. Dattari p. 131-132.

23 Cf. IGVR 848. Le syntagme n’est pas appliqué à Antinoos d’après le dépouillement réalisé.

24 H. Meyer, Antinoos, p. 196.

25 IKlaudiopolis 7 ; 56.

26 IG V 2, 281 ; cf. L. Robert, À travers l’Asie Mineure, Paris 1980, p. 132-138.

27 À Bithynion, les concours en l’honneur d’Hadrien et d’Antinoos étaient égaux en dignité aux Actia de Nicopolis.

28 IGR I, 634 honore T. Flavius Poseidonius, pontarque et grand-prêtre de l’Hexapole, π̣ρῶτον ἀγωνοθέτην θεοῦ Ἀντινόου.

29 Cf. N. Belayche, « Foundation Myths in Roman Palestine. Traditions and Reworkings », dans T. Derks, N. Roymans (éd.), Ethnic Constructs in Antiquity. The Role of Power and Tradition, Amsterdam 2009, p. 167-188.

30 N. Belayche, « Angeloi in Religious Practices of the Imperial Roman East », Henoch 32 (2010), p. 45-65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Belayche, « Religions de Rome et du monde romain », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 118 | 2011, mis en ligne le 16 septembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://asr.revues.org/953

Haut de page

Auteur

Mme Nicole Belayche

Directeur d’études, Ecole pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org