Navigation – Plan du site
EPHE
Résumés des conférences
Christianisme byzantin

Recherches sur Nicéphore de Constantinople

Conférence de Alexis Chryssostalis
p. 205-206

Résumé

Les recherches menées au cours de la première année (2014-2015) de ce séminaire, dont l’objectif est de préparer une nouvelle édition critique du Contra Eusebium de Nicéphore de Constantinople (758-828) accompagnée d’une traduction française, ont permis d’étudier les conditions dans lesquelles l’auteur, issu d’une famille persécutée par l’empereur iconoclaste Constantin V, s’est trouvé secrétaire du Concile de Nicée II, qui décréta en 787 la restauration du culte des images, puis patriarche conduit à la démission forcée (815) en raison de son opposition à Léon V, quand ce dernier déclenche le second iconoclasme.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Projet annoncé dans la collection des Sources chrétiennes. Une édition du texte existe depuis le xi (...)

1Les recherches menées au cours de la première année (2014-2015) de ce séminaire, dont l’objectif est de préparer une nouvelle édition critique du Contra Eusebium de Nicéphore de Constantinople (758-828) accompagnée d’une traduction française1, ont permis d’étudier les conditions dans lesquelles l’auteur, issu d’une famille persécutée par l’empereur iconoclaste Constantin V, s’est trouvé secrétaire du Concile de Nicée II, qui décréta en 787 la restauration du culte des images, puis patriarche conduit à la démission forcée (815) en raison de son opposition à Léon V, quand ce dernier déclencha le second iconoclasme.

  • 2 Phil. 2, 6-7.
  • 3 Document transmis seulement de manière indirecte et fragmentée dans les Actes du Concile de Nicée I (...)
  • 4 Pour une analyse complète des sens de morphè indiqués par Nicéphore, voir A. Chryssostalis, « La no (...)

2Les travaux de cette année ont porté sur la structure du Contra Eusebium ainsi que sur l’argumentation doctrinale utilisée par Nicéphore dans ce traité, en particulier l’analyse très détaillée du terme morphè (forme) qui constitue le point central du développement dogmatique. En effet, ce mot est tiré de l’Épître aux Philippiens de Paul2 où il est employé deux fois pour désigner tour à tour la condition divine (morphè théouforme de dieu), puis humaine (morphè doulouforme de l’esclave) du Christ. Dans la Lettre à Constantia, document à contenu iconoclaste attribué à Eusèbe de Césarée que Nicéphore réfute dans son traité3, la forme d’esclave du Christ, c’est-a-dire son humanité, est comprise comme une sorte d’image non réelle contrairement à sa forme divine, considérée comme la seule vraie et immuable. Cette position doctrinale s’oppose directement à l’enseignement de la Grande Église qui accorde aux deux formes, divine et humaine, le même degré de véracité, selon une exégèse patristique continue entre le ive et le ixe siècle qui identifie la forme à la substance (morphèousia). C’est bien ce prédicat que Nicéphore considère comme le sens théologique du terme morphè, après avoir parlé de la nécessité de clarifier les différents sens des mots polysémiques et établi les trois sens de morphè : obvie, philosophique et théologique4.

3Cette analyse a été complétée par un travail philologique portant sur l’édition du texte, en particulier des chapitres 11 à 16 du Contra Eusebium qui contiennent le développement sur la morphè, selon trois manuscrits très anciens, les Parisini graeci 910 et 911 (ixe s.), ainsi que le Coislinianus 93 (xe/xie s.). De même, une attention particulière a été portée aux problèmes posés par la traduction des termes philosophiques et théologiques, très nombreux dans cette partie du traité.

  • 5 Voir ces textes dans l’article de M. Tetz, « Eudoxius-Fragmente ? », Texte und Untersuchungen 78 (1 (...)
  • 6 Voir l’édition de deux recueils de définitions philosophiques qui ont circulé à Byzance dans C. Fur (...)

4Des questions annexes ont également été examinées, soulevées précisément par l’édition critique du Contra Eusebium : d’une part, certains passages du texte à éditer identifiés par ailleurs comme citations d’un autre auteur, en l’occurrence quatre fragments attribués à Eudoxius, évêque arien du ive siècle5 ; d’autre part, l’emploi par les auteurs chrétiens des siècles post-chalcédoniens de termes hérités de la philosophie, utilisés délibérément dans un sens chrétien, ce dont témoigne l’œuvre antirrhétique de Nicéphore. À ce titre a été soulignée l’importance des florilèges en circulation à cette époque, qui ont joué un rôle très important dans la transmission du savoir à Byzance6. Le texte de Nicéphore atteste ce mode de connaissance, où les limites entre le vocabulaire philosophique néoplatonicien et le langage théologique chrétien sont souvent difficiles à définir.

Haut de page

Notes

1 Projet annoncé dans la collection des Sources chrétiennes. Une édition du texte existe depuis le xixe siècle établie par le cardinal J.-B. Pitra dans Spicilegium Solesmense, t. I, Paris 1852, p. 371-503.

2 Phil. 2, 6-7.

3 Document transmis seulement de manière indirecte et fragmentée dans les Actes du Concile de Nicée II, ainsi que dans le Contra Eusebium. Voir ce texte, recomposé en 1702 par J. Boivin, dans H. Hennephof (éd.), Textus byzantinos ad Iconomachiam pertinentes, Leyde 1969, p. 42-44.

4 Pour une analyse complète des sens de morphè indiqués par Nicéphore, voir A. Chryssostalis, « La notion de morphè dans le Contra Eusebium de Nicéphore de Constantinople », Orientalia christiana periodica 79/1 (2013), p. 139-158.

5 Voir ces textes dans l’article de M. Tetz, « Eudoxius-Fragmente ? », Texte und Untersuchungen 78 (1961), p. 314-323.

6 Voir l’édition de deux recueils de définitions philosophiques qui ont circulé à Byzance dans C. Furrer-Pilliod (éd.), Ὅροι καὶ ὑπογραφαί, Collections alphabétiques de définitions profanes et sacrées, Vatican 2000 (Studi e Testi 395).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Chryssostalis, « Recherches sur Nicéphore de Constantinople », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 124 | 2017, 205-206.

Référence électronique

Alexis Chryssostalis, « Recherches sur Nicéphore de Constantinople », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 124 | 2017, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://asr.revues.org/1615

Haut de page

Auteur

Alexis Chryssostalis

Chargé de conférences, M., École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org