Navigation – Plan du site
EPHE
Christianisme et ses marges
Religions, savoir et politique dans l’Europe moderne

Religions, savoir et politique dans l’Europe moderne

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Sylvio Hermann De Franceschi
p. 249-254

Résumé

Programme de l’année 2014-2015 : I. Orthodoxie thomiste et théologie janséniste : les débats doctrinaux aux xviie et xviiie siècles (suite). — II. Autour du Dictionnaire de théologie catholique, les jeudis de 16h à 18h.

Haut de page

Texte intégral

I. Orthodoxie thomiste et théologie janséniste : les débats doctrinaux aux xviie et xviiie siècles

  • 1  Sur la Bulle Auctorem fidei, outre les analyses de B. Neveu, « Juge suprême et docteur infaillible (...)
  • 2  Sur l’augustinianisme, voir B. Neveu, « Pour une histoire de l’augustinianisme », dans K. Flasch, (...)
  • 3  Sur la suppression des jésuites, outre l’étude classique de D. K. Van Kley, The Jansenists and the (...)

1L’année a été consacrée à la poursuite de travaux précédemment entamés et a conduit à examiner de près les bouleversements que connaît la querelle catholique de la grâce au tournant des xviiie et xixe siècles. Après plus de deux siècles de polémiques acharnées, la controverse subissait les effets d’un visible essoufflement controversial lorsque le pape Pie VI fulmine le 28 août 1794 la Bulle Auctorem fidei – le dernier document relatif à la matière de auxiliis à avoir été produit par le magistère romain1. Depuis la disparition de Jacques Fouillou (1670-1736) et de Nicolas Petitpied (1665-1747), le parti augustinien n’avait plus suscité pour sa défense de théologien français d’envergure qui administrât les preuves du bien-fondé doctrinal de ses positions in materia gratiæ et prædestinationis ; la relève semblait avoir été prise par un augustinianisme italien qu’illustraient les noms des PP. Fulgenzio Bellelli (1677-1742) et Gianlorenzo Berti (1696-1766), dignes successeurs du cardinal Enrico Noris (1631-1704) et de Federico Nicola Gavardi (1640-1715)2, mais qui prenait soin constant de distinguer sa cause de celle des jansénistes. À dire vrai, le sentiment s’impose selon quoi les défenseurs de la mémoire de Jansénius et de Quesnel ont progressivement déserté en France le terrain d’une querelle de gratia et libero arbitrio qui demeurait pourtant irrésolue. Non que les théologiens catholiques aient cessé de disputer de la grâce et de la prédestination, mais à partir de la mi-xviiie siècle, la controverse se joue essentiellement entre jésuites, dominicains et augustins, conformément, du reste, aux orthodoxes délimitations tracées par Benoît XIV dans sa lettre apostolique Dum præterito mense du 31 juillet 1748. La suppression de la Compagnie de Jésus par le Bref Dominus ac Redemptor, que Clément XIV souscrit le 21 juillet 1773, opère un bouleversement sans précédent dans un champ controversial demeuré relativement stable depuis la redistribution des forces en présence au lendemain de la campagne des Provinciales (1656-1657)3. Le parti moliniste une fois affaibli, les dominicains ont retourné leurs armes contre l’augustinianisme et tenté d’obtenir en faveur du thomisme une victoire qui leur était échappée deux siècles auparavant.

  • 4  On se permet de renvoyer ici à S. De Franceschi, « Reviviscences contemporaines de la querelle cat (...)
  • 5  C. Lemieux, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Comment on se dispute. Les formes de la (...)
  • 6  Ibid., p. 208.

2Le choc révolutionnaire et la montée en puissance de l’incrédulité ont provoqué au tournant des xviiie et xixe siècles une réorientation du travail théologique dans l’Église catholique. Ainsi la théologie se fait désormais nécessairement apologétique. Les théologiens délaissent temporairement les terrains sur lesquels ils s’étaient inlassablement battus depuis l’époque post-tridentine et parent au plus pressé – d’où l’inflation, déjà notable au temps des Lumières, du traité de uera religione. L’incontestable marginalisation du courant janséniste, l’incapacité de la mouvance augustinianiste à s’imposer comme un protagoniste également légitime dans la controverse in materia gratiæ et prædestinationis, le silence forcé des jésuites, peut-être aussi la lassitude des théologiens eux-mêmes : autant de facteurs qui doivent être pris en compte pour expliquer un évident et brutal ralentissement de la querelle catholique de la grâce à la fin du xviiie siècle. Encore faut-il préciser que, le magistère n’ayant jamais tranché, le débat demeurait ouvert – et qu’il s’est d’ailleurs plus ou moins sourdement poursuivi jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale4. Poursuite de la discussion dont il faut constater qu’elle n’a plus jamais bénéficié de la publicité et de la notoriété qui ont pu être les siennes dans la deuxième moitié du xviie siècle et au temps de la Bulle Vnigenitus. Il semble que l’on soit ici confronté à un processus que le sociologue Cyril Lemieux a remarquablement décrit dans le champ scientifique5 – et l’on ne peut assez rappeler que la théologie fonctionne elle aussi à la manière d’une science, avec ses hypothèses, son exigence de rationalité, ses instances de validation et ses protocoles heuristiques. Observant que les controverses scientifiques ne se terminent pratiquement jamais grâce au verdict rendu par un juge unanimement reconnu comme légitime, Cyril Lemieux estime que leur arrêt « s’apparenterait plutôt à l’épuisement de la capacité d’un des camps à continuer à se défendre publiquement (par exemple, du fait du renouvellement générationnel), en même temps que par l’occasion offerte à certains pairs, jusque-là impliqués dans la controverse, de se porter vers un nouveau front6 ». Tel a été précisément le cas de la querelle catholique de gratia et libero arbitrio à la fin du xviiie siècle : les défenseurs du molinisme ne pouvaient plus s’appuyer sur la structure institutionnelle de la Compagnie de Jésus, tandis que l’urgence théologique n’était assurément plus à débattre de prémotion physique, de science moyenne ou de délectation victorieuse, pour reprendre les trois concepts respectivement caractéristiques des systèmes thomiste, moliniste et janséniste en matière de grâce et de prédestination.

II. Autour du Dictionnaire de théologie catholique

  • 7  Dictionnaire de théologie catholique, Tables générales, 2e et 3e parties, Paris 1972, col. 4481 : (...)

3Une partie de l’année universitaire a été consacrée, dans la perspective d’une mise en lumière des grandes coordonnées qui organisent le débat méthodologique et épistémologique en théologie et en histoire de la théologie, à l’étude du monument que constitue le Dictionnaire de théologie catholique. L’érudition ecclésiastique française de l’époque contemporaine souffre depuis longtemps d’un discrédit intellectuel d’où de récents travaux peinent encore à la tirer et qui s’ancre avec étonnante obstination dans un anticléricalisme dont les origines remontent au moins aux débuts de la iiie République. Dans l’immense production érudite dont, au xxe siècle, l’initiative est revenue à de savants religieux, se distingue assurément le monumental Dictionnaire de théologie catholique publié aux éditions Letouzey et Ané – maison fondée en 1885 par Léon Letouzey (1858-1942) et son beau-frère Antonin Ané († 1913) – et dont les quinze tomes en trente volumes ont paru en cent cinquante fascicules de 1899 à 1950 avant d’être complétés par trois volumes de tables générales – dirigés et très largement élaborés par le chanoine Marie-Albert Michel (1877-1972), disciple du jésuite Louis Billot (1846-1931) et antimoderniste de la première heure7 – publiés de 1951 à 1972. En dépit d’un indéniable et inévitable vieillissement, l’ouvrage n’a pas cessé d’être une somme de référence. Les différents promoteurs étaient du reste eux-mêmes conscients de poser un essentiel jalon historiographique et même doctrinal – au tome iii des tables générales, peine a été prise de dresser la liste chronologique de parution des cent cinquante fascicules du Dictionnaire de théologie catholique, et il est significativement précisé :

  • 8  Ibid., col. 4497-4498.

À l’aide de ce tableau, il sera désormais facile, pour tout article, de retrouver rapidement en quelle année il a paru et, par là, de déterminer avec une assez grande vraisemblance le terminus ante quem de sa rédaction et de ses indications bibliographiques. Pareille précision sera souvent utile au spécialiste de l’histoire des doctrines théologiques, pour laquelle le D. T. C. demeure une étape importante8.

  • 9  Sur les publications de Migne, voir C. Langlois, F. Laplanche (éd.), La Science catholique. L’Ency (...)
  • 10  Sur la notion de « science catholique », voir F. Laplanche, La Bible en France entre mythe et crit (...)

4Lancée par l’abbé Alfred Vacant (1852-1901), prêtre du diocèse de Nancy, puis dirigée par Eugène Mangenot (1856-1922), prêtre du diocèse de Saint-Dié – comme le chanoine Albert Michel –, avant qu’il ne revînt à Émile Amann (1880-1948) – l’un des plus gros pourvoyeurs de notices du Dictionnaire de théologie catholique, avec le bénédictin Benjamin Heurtebize (1856-1941) et le franciscain Amédée Teetaert (1892-1949), auteur de quelque quatre cent cinquante articles, à en croire les Tables générales – d’assumer l’achèvement du travail, l’entreprise a abouti à un ouvrage qui contient 20 676 pages de texte – soit 41 352 colonnes – se répartissant en quelque cinq mille articles rédigés par environ quatre cent soixante auteurs. Très ambitieux, le projet s’inscrivait dans une politique éditoriale qui avait conduit les éditions Letouzey et Ané à lancer les publications successives d’un Dictionnaire de la Bible (1891-1912) dirigé par Fulcran Vigouroux (1837‑1915), d’un Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie (1905-1953) dirigé par Fernand Cabrol (1855-1937) et par Henri Leclercq (1869-1945), sans oublier le fameux Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, dont la parution commence en 1912 et qui est toujours inachevé – le tome xxxi est en cours d’élaboration, et le 184e fascicule, qui va des entrées Lesley à Leyen, est paru en 2013 – alors qu’il compte déjà quelque trente mille pages de texte, ou encore le Dictionnaire de droit canonique (1924-1965) dirigé par Raoul Naz (1889-1977). Il s’agissait bien, de la part des éditions Letouzey et Ané, de proposer une nouvelle encyclopédie catholique en cinq dictionnaires, le pendant au début du xxe siècle de la gigantesque entreprise de l’abbé Jacques-Paul Migne (1800-1875), désormais largement dépassée9. À la même époque, les éditions Beauchesne s’attellent à la confection d’un Dictionnaire apologétique de la foi catholique publié de 1909 à 1928 sous la direction du jésuite – et insigne moliniste – Adhémar d’Alès (1861‑1938), avant de commencer en 1932 la publication du monumental Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, dont le dernier volume est finalement paru en 1995. Âge d’or français de la science catholique auquel le Dictionnaire de théologie catholique participe pleinement10 – il faut sans doute y voir le reflet de l’exigeante qualité de la formation théologique alors dispensée dans les grands séminaires.

Haut de page

Notes

1  Sur la Bulle Auctorem fidei, outre les analyses de B. Neveu, « Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la Bulle In eminenti (1643) à la Bulle Auctorem fidei (1794) », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps modernes, xciii/1, 1981, p. 215-275, repris dans Id., Érudition et religion aux xviie et xviiie siècles, préf. M. Fumaroli, Paris 1994, p. 385-450, consulter P. Boutry, « Tradition et autorité dans la théologie catholique au tournant des xviiie et xixe siècles. La Bulle Auctorem fidei (28 août 1794) », dans J.-D. Durand (dir.), Histoire et théologie, Paris 1994, p. 59-82 ; P. Vismara, « L’influence de la France, du synode de Pistoia à Auctorem fidei », dans F. Meyer, S. Milbach (éd.), Les échanges religieux entre l’Italie et la France, 1760-1850. Regards croisés — Scambi religiosi tra Francia e Italia, 1760-1850. Sguardi incrociati, Chambéry 2010, p. 43-58, et surtout P. Stella, « L’oscuramento delle verità nella Chiesa dal sinodo di Pistoia alla Bolla Auctorem fidei (1786-1794) », Salesianum xliii/4 (1981), p. 731-756, id., « La duplex delectatio : agostinismo e giansenismo dal sinodo di Pistoia alla Bolla Auctorem fidei », Salesianum xlv/1 (1983), p. 25-48, et id., Il giansenismo in Italia, t. iii, Crisi finale e transizioni, Rome 2006, « L’Auctorem fidei (1794) sull’onda dell’ultramontanismo fino al primo novecento », p. 175-211.

2  Sur l’augustinianisme, voir B. Neveu, « Pour une histoire de l’augustinianisme », dans K. Flasch, D. de Courcelles (dir.), Augustinus in der Neuzeit. Colloque de la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel, 14-17 octobre 1996, Turnhout 1998, p. 175-201 ; voir aussi P. Stella, Il giansenismo in Italia, t. I, I preludi tra Seicento e primo Settecento, Rome 2006 ; « Da Noris a Berti : nascita e sviluppo della scuola agostinista italiana », p. 267-270, et « Augustinus uindicatus o jansenismus rediuiuus », p. 274-294. Sur Bellelli et Berti, consulter M. Rosa, art. « Bellelli, Fulgenzio », Dizionario biografico degli italiani, t. vii, Rome, 1965, p. 624-628 ; G. Pignatelli, art. « Berti, Gianlorenzo », ibid., t. ix, Rome, 1967, p. 516-520 ; B. Van Luijk, « Gianlorenzo Berti agostiniano (1696-1766) », Rivista di storia della Chiesa in Italia xiv/2 (1960), p. 235-262, et xiv/3 (1960), p. 383-410, et plus récemment M. W. F. Stone, « The Antiquarian and the Moderniser : Giovanni Lorenzo Berti (1696-1766), Pietro Tamburini (1737-1827), and Contrasting Defenses of the Augustinian Heritage in Eighteenth-Century Italy », Quæstio. The Yearbook of the History of Metaphysics 6 (2006), p. 335-372.

3  Sur la suppression des jésuites, outre l’étude classique de D. K. Van Kley, The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits from France, 1757-1765, New Haven-Londres 1975, voir les travaux récents de N. Guasti, L’esilio italiano dei gesuiti spagnoli. Identità, controllo sociale e pratiche culturali (1767-1798), Rome 2006, et C. Vogel, Der Untergang der Gesellschaft Jesu als europäisches Medienereignis (1758-1773). Publizistische Debatten im Spannungsfeld von Aufklärung und Gegenaufklärung, Mayence 2006. Pour un état de la querelle de la grâce à la fin du xviiie siècle, voir S. De Franceschi, « Les derniers feux de la querelle de la grâce. Le jansénisme français et la question thomiste à la fin du xviiie siècle », Ephemerides Theologicæ Lovanienses, lxxxvi/1 (2010), p. 27-81.

4  On se permet de renvoyer ici à S. De Franceschi, « Reviviscences contemporaines de la querelle catholique de la grâce. Le Dictionnaire de théologie catholique et la controverse entre thomistes et molinistes », dans S. De Franceschi (éd.), Théologie et érudition de la crise moderniste à Vatican II. Autour du Dictionnaire de théologie catholique, Limoges 2014, p. 279-314.

5  C. Lemieux, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Comment on se dispute. Les formes de la controverse de Renan à Barthes, Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle 25 (2007), p. 191-212.

6  Ibid., p. 208.

7  Dictionnaire de théologie catholique, Tables générales, 2e et 3e parties, Paris 1972, col. 4481 : « Au doyen des collaborateurs du D. T. C., au directeur des Tables qui, pendant vingt ans, ne s’est laissé arrêter par aucun contretemps, les éditeurs tiennent à adresser publiquement l’expression de leur affectueuse reconnaissance. »

8  Ibid., col. 4497-4498.

9  Sur les publications de Migne, voir C. Langlois, F. Laplanche (éd.), La Science catholique. L’Encyclopédie théologique de Migne (1844-1873), entre apologétique et vulgarisation, Paris 1992.

10  Sur la notion de « science catholique », voir F. Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique, xvie-xixe siècle, Paris 1994, p. 107-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvio Hermann De Franceschi, « Religions, savoir et politique dans l’Europe moderne », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 123 | 2016, 249-254.

Référence électronique

Sylvio Hermann De Franceschi, « Religions, savoir et politique dans l’Europe moderne », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 123 | 2016, mis en ligne le 20 juillet 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://asr.revues.org/1478

Haut de page

Auteur

M. Sylvio Hermann De Franceschi

Directeur d’études
École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org