Navigation – Plan du site
EPHE
Christianisme et ses marges
Christianisme orthodoxe

Christianisme orthodoxe

Conférences de l’année 2014-2015
Conférence de Vassa Kontouma
p. 213-214

Résumé

En 2014-2015, nous avons poursuivi notre travail sur la Confession orthodoxe de Jacques de Néa Skètè (vers 1797-vers 1869), amorcé en 2013-2014, dans le but de donner la première édition de ce texte à partir du manuscrit autographe IFEB 22 (a. 1834). Nous avons également procédé au repérage et à l’examen exhaustif des sources de la Confession orthodoxe, ce qui nous a permis d’appréhender, dans le cadre du séminaire, un certain nombre de thématiques inattendues pour la période, le xixe siècle grec étant habituellement considéré sous le signe de l’éveil national et de l’ouverture à la modernité1.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 2  Cf. Annuaire de l’EPHE-SR 122 (2013-2014), p. 289-298.
  • 3  Cf. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’étud (...)
  • 4  Ayant connu l’Insurrection grecque de 1821, le gouvernement de Jean Kapodistria (1828-1831) et l’a (...)

1En 2014-2015, nous avons poursuivi notre travail sur la Confession orthodoxe de Jacques de Néa Skètè, amorcé en 2013-20142, dans le but de donner la première édition de ce texte à partir du manuscrit autographe IFEB 22 (a. 1834)3. Nous avons également procédé au repérage et à l’examen exhaustif des sources de la Confession orthodoxe, ce qui nous a permis d’appréhender, dans le cadre du séminaire, un certain nombre de thématiques inattendues pour la période, le xixe siècle grec étant habituellement considéré sous le signe de l’éveil national et de l’ouverture à la modernité4.

  • 5  Ce récit est livré par la Vie d’André le Fol, un texte du xe/xie siècle, éd. L. Rydén, The Life of (...)
  • 6  Pour Jacques, la première heure doit être située à l’aube, et c’est avec elle que commence la jour (...)
  • 7  Sur Jean de Lindos († 1796), cf. A. Argyriou, Les Exégèses grecques de l’Apocalypse à l’époque tur (...)
  • 8  Sur lui, voir D. Stratès, Βαρθολομαῖος Κουτλουμουσιανός (1772-1851). Βιογραφία-Ἐργογραφία, Thessal (...)
  • 9  Peu connu par ailleurs, Matthieu le Crétois est le compilateur de la Πανθέκτη, ἤτοι Βίβλος ἐνιαύσι (...)
  • 10  Jacques consacre une grande partie de sa Confession orthodoxe à la réfutation des Collybades en gé (...)
  • 11  L’édition critique de cette Vie composée au xe siècle a récemment été donnée par D. F. Sullivan, A (...)
  • 12  Mort en 1651, Nil le Myroblyte serait apparu en 1815 à un moine nommé Théophane, et lui aurait liv (...)

2Plus particulièrement, nous avons examiné la cosmologie d’inspiration biblique de Jacques, qui s’étoffe en puisant dans le récit de la pérégrination supra-céleste d’André le Fol5 ; sa théorie des Heures, qui s’oppose radicalement aux décomptes classiques du νυχθήμερον (ou ἡμερονύκτιον) opérés par les Hébreux, les Ottomans, les Européens, les « astronomes naturalistes », mais aussi par la tradition liturgique des chrétiens orthodoxes6, et suit la voie très originale ouverte par Jean de Lindos, un paraphraste et compilateur des Homélies sur la Genèse de Jean Chrysostome7 ; son action en faveur d’une orthopraxie stricte, contre des réformateurs tardifs du Typikon tels que Bartholomée Koutloumousianos8, Matthieu le Crétois9 et bien entendu les Collybades10 ; sa théorie de l’ouverture permanente des Écritures, dont le corpus complet ne sera achevé qu’à la fin des temps ; enfin, son exploitation de textes eschatologiques byzantins – comme la Vie de Basile le Jeune11 –, mais également d’une littérature apocalyptique des xviiie-xixe siècles, au sein de laquelle figurent en bonne place les Didachai de Nil le Myroblyte12, dont Jacques semble être l’un des premiers témoins.

  • 13  Sur Théodoret de Jannina († vers 1823/1826), voir Jacques de Néa Skètè, Βίος τοῦ μακαρίου καὶ ἀοιδ (...)

3Ces thématiques ont été présentées d’un point de vue non seulement doctrinal, mais aussi historique. Dans ce contexte a également été évaluée l’influence plus générale de Théodoret de Jannina, un exégète de l’Apocalypse dont notre auteur se fit le défenseur tout au long de sa vie13.

  • 14  En février 2016, ce travail a été joint à notre dossier déposé à l’EPHE en vue d’une Habilitation (...)

4Achevée en 2015, l’édition de la Confession orthodoxe sera prochainement publiée. Elle sera dotée d’une longue introduction sur les versions manuscrites du texte, les méthodes mises en œuvre par Jacques de Néa Skètè, les sources auxquelles il a puisé, ainsi que sur une mise en perspective historique de son contenu. Elle sera enfin complétée d’un résumé détaillé en français, de planches et de plusieurs index14.

Haut de page

Notes

1  Ayant connu l’Insurrection grecque de 1821, le gouvernement de Jean Kapodistria (1828-1831) et l’arrivée du roi Othon dans le nouvel État grec (1833), Jacques de Néa Skètè est une personnalité paradoxale. Conscient des bouleversements de son temps, il n’en cesse pas moins de se référer à Syméon le Nouveau Théologien (949-1022) et aux pères hésychastes. Considérant d’ailleurs que ses contemporains ont dévié de la voie droite de l’orthodoxie, il compose la Confession orthodoxe à leur intention, espérant leur prouver la permanence des miracles à travers le temps et la nécessité du maintien d’un Typikon fidèle à la coutume.

2  Cf. Annuaire de l’EPHE-SR 122 (2013-2014), p. 289-298.

3  Cf. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’études byzantines », Revue des études byzantines 72 (2014), p. 43-45.

4  Ayant connu l’Insurrection grecque de 1821, le gouvernement de Jean Kapodistria (1828-1831) et l’arrivée du roi Othon dans le nouvel État grec (1833), Jacques de Néa Skètè (vers 1797-vers 1869) est une personnalité paradoxale. Conscient des bouleversements de son temps, il n’en cesse pas moins de se référer à Syméon le Nouveau Théologien (949-1022) et aux pères hésychastes. Considérant d’ailleurs que ses contemporains ont dévié de la voie droite de l’orthodoxie, il compose la Confession orthodoxe à leur intention, espérant leur prouver la permanence des miracles à travers le temps et la nécessité du maintien d’un Typikon fidèle à la coutume.

5  Ce récit est livré par la Vie d’André le Fol, un texte du xe/xie siècle, éd. L. Rydén, The Life of St Andrew the Fool. II. Text, Translation and Notes. Appendices, Uppsala 1995.

6  Pour Jacques, la première heure doit être située à l’aube, et c’est avec elle que commence la journée. Or, ceci est en contradiction avec tous les Typika orthodoxes, qui font commencer la journée au soir, en suivant notamment la pratique juive. À ce sujet, cf. J. Getcha, Le Typikon décrypté. Manuel de liturgie byzantine, Paris 2009, p. 98-99.

7  Sur Jean de Lindos († 1796), cf. A. Argyriou, Les Exégèses grecques de l’Apocalypse à l’époque turque (1453-1821). Esquisse d’une histoire des courants idéologiques au sein du peuple grec asservi, Thessalonique 1982, p. 390-442. Sa théorie du νυχθήμερον est énoncée dans sa « Chrysopègè » : Τοῦ ἐν ἁγίοις πατρὸς ἡμῶν Ἰωάννου Ἀρχιεπισκόπου Κωνσταντινουπόλεως τοῦ Χρυσοστόμου Τόμος Πρῶτος, Χρυσοπηγὴ καλούμενος, ἐν ᾧ περιέχεται ἡ ἐξήγησις καὶ διασάφησις τῆς Κοσμογενέσεως τοῦ προφήτου Μωϋσέως […], Venise 1786, col. 493A.

8  Sur lui, voir D. Stratès, Βαρθολομαῖος Κουτλουμουσιανός (1772-1851). Βιογραφία-Ἐργογραφία, Thessalonique 1999. En 1832, Bartholomée publia une version réformée de l’Ὡρολόγιον τὸ Μέγα, violemment critiquée par Jacques.

9  Peu connu par ailleurs, Matthieu le Crétois est le compilateur de la Πανθέκτη, ἤτοι Βίβλος ἐνιαύσιος, ἡ κοινῶς καλουμένη Ἑβδομαδαρία […] αὐξηθεῖσα, μετὰ τῶν δεουσῶν ἑρμηνειῶν τοῦ Τυπικοῦ, διά προτροπῆς καὶ σπουδῆς […] Ματθαίου τοῦ Κρητός […], Venise 1817. Jacques l’accuse d’y avoir officialisé le déplacement de certaines fêtes pour qu’elles ne coïncident pas avec des jours de deuil.

10  Jacques consacre une grande partie de sa Confession orthodoxe à la réfutation des Collybades en général et de Nicodème l’Hagiorite (1749-1809) en particulier. Sur eux, voir en dernier lieu notre compte-rendu dans l’Annuaire de l’EPHE-SR 117 (2008-2009), p. 283-288.

11  L’édition critique de cette Vie composée au xe siècle a récemment été donnée par D. F. Sullivan, A.-M. Talbot, S. McGrath, The Life of Saint Basil the Younger (Dumbarton Oaks Studies 45), Washington, D.C. 2014.

12  Mort en 1651, Nil le Myroblyte serait apparu en 1815 à un moine nommé Théophane, et lui aurait livré des Didachai transcrites en un « βιβλίον » prophétique. Or, la plus grande confusion règne autour de ce texte, dont l’original n’est pas encore édité, mais dont la traduction russe, publiée par A. Boulatovich, Посмертныя вещания преподобнаго Нила Мироточиваго Афонскаго, Mont Athos 1912, a suscité une kyrielle de publications parascientifiques. Jacques y eut certainement accès : non seulement il le cite en 1834, mais il en donne aussi un abrégé en 1836. Celui-ci est conservé dans le manuscrit Jérusalem, Panaghiou Taphou 202 : cf. A. Papadopoulos-Kérameus, Ἱεροσολυμιτικὴ Βιβλιοθήκη, I, Saint-Pétersbourg 1891, p. 282-283. Enfin, en 1858, il en réalise une copie pour le hiéromoine Eugénios dans l’Athos, Xénophon 11 : cf. Sp. Lampros, Catalogue of the Greek Manuscripts on Mount Athos, I, Cambridge 1895, p. 61.

13  Sur Théodoret de Jannina († vers 1823/1826), voir Jacques de Néa Skètè, Βίος τοῦ μακαρίου καὶ ἀοιδίμου διδασκάλου Θεοδωρήτου, éd. Patapios Kausokalybitès, « Ὁ ‘μακάριος καὶ ἀοίδιμος διδάσκαλος Θεοδώρητος ’ Λαυριώτης ὁ ἐξ Ἰωαννίνων […] », Γρηγόριος ὁ Παλαμᾶς 93/836 (sept.-oct. 2010), p. 585-633, texte p. 600-617 ; E. Kurilas, « Θεοδώρητος προηγούμενος Λαυριώτης ὁ κωδικογράφος », Byzantinische Zeitschift 44 (1951), p. 343-346 ; Ch. Tzôgas, Ἡ περὶ μνημοσύνων ἔρις ἐν Ἁγίῳ Ὄρει κατὰ τὸν ιη´ αἰώνα, Thessalonique 1969, p. 52-60 ; Argyriou, Exégèses grecques de l’Apocalypse, p. 443-586.

14  En février 2016, ce travail a été joint à notre dossier déposé à l’EPHE en vue d’une Habilitation à diriger des recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vassa Kontouma, « Christianisme orthodoxe », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 123 | 2016, 213-214.

Référence électronique

Vassa Kontouma, « Christianisme orthodoxe », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 123 | 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://asr.revues.org/1471

Haut de page

Auteur

Mme Vassa Kontouma

Maître de conférences
École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org