Navigation – Plan du site
EPHE
Christianisme et ses marges
Christianismes orientaux

Christianismes orientaux

Conférences de l’année 2013-2014
Conférence de Muriel Debié
p. 241-244

Résumé

Les enseignements de la chaire Christianismes orientaux ont repris en 2012-2013, après deux années d’interruption suivant le départ à la retraite de Marie-Joseph Pierre.
L’intitulé « christianismes orientaux » rappelle par son pluriel la variété des formes linguistiques, culturelles, théologiques et ecclésiales que prit le christianisme ancien dans les régions du Proche-Orient où il naquit et d’où il se répandit non seulement vers l’ouest, mais vers l’est : du Proche vers le Moyen-Orient, l’Asie centrale et jusqu’à la Mongolie et la Chine qu’il atteignit, au long des réseaux de l’église syriaque de l’Est, dès le viie siècle. On comprend pourquoi le christianisme né en Asie occidentale peut être qualifié d’oriental par les Européens que nous sommes, plus familiers de ses formes latines sinon romaines. On voit combien aussi cette notion d’orient dans sa présentation d’un « orientalisme » d’occidentaux a pu être particulièrement critiquée à la période post-coloniale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les enseignements de la chaire Christianismes orientaux ont repris en 2012‑2013, après deux années d’interruption suivant le départ à la retraite de Marie-Joseph Pierre.

2L’intitulé « christianismes orientaux » rappelle par son pluriel la variété des formes linguistiques, culturelles, théologiques et ecclésiales que prit le christianisme ancien dans les régions du Proche-Orient où il naquit et d’où il se répandit non seulement vers l’ouest, mais vers l’est : du Proche vers le Moyen-Orient, l’Asie centrale et jusqu’à la Mongolie et la Chine qu’il atteignit, au long des réseaux de l’église syriaque de l’Est, dès le viie siècle. On comprend pourquoi le christianisme né en Asie occidentale peut être qualifié d’oriental par les Européens que nous sommes, plus familiers de ses formes latines sinon romaines. On voit combien aussi cette notion d’orient dans sa présentation d’un « orientalisme » d’occidentaux a pu être particulièrement critiquée à la période post-coloniale.

3Le pluriel de l’intitulé de la chaire est destiné à montrer aussi les différentes formes que prit le christianisme dans l’est de la Méditerranée, alors que le français n’a pas, pour désigner ces différences, la distinction qu’introduit l’anglais entre « Eastern » et « Oriental », le premier désignant le christianisme dit « orthodoxe », de tradition byzantine, qui concerne les Églises grecques et slaves orthodoxes, et le second les christianismes non-orthodoxes du point de vue byzantin, mais qui se considèrent eux-mêmes comme orthodoxes et que représentent les Églises qui se désignent comme arménienne, syriaque, copte, éthiopienne, orthodoxe ou encore l’Église de l’Est, qui sont des Églises non-chalcédoniennes (ne reconnaissant pas le concile de Chalcédoine de 451 à la différence des Églises orthodoxes – grecques, slaves, etc. – et latine). C’est à l’histoire de ces formes plurielles du christianisme de l’est méditerranéen (ou de l’Asie occidentale) que s’attache cet enseignement.

4L’histoire de ces formes du christianisme « oriental » est liée à l’usage de langues et à l’existence de cultures locales fortes, où l’écrit était multimillénaire. Ces formes se sont développées notamment dans le cadre de la partie orientale de l’empire romain, dans un monde multilingue où le latin et le grec étaient les langues officielles de l’empire mais où se parlaient et s’écrivaient toutes sortes d’autres langues locales. Parmi les langues ayant une représentation écrite, des formes très variées d’araméen s’étaient développées avec leur propre alphabet depuis la fin de l’araméen d’empire de la période perse achéménide, donnant naissance à des corpus épigraphiques, parfois aussi des corpus littéraires comme dans le cas des araméens juifs de Palestine et de Babylonie. Le syriaque, qui est la forme d’araméen de la ville d’Édesse/Urhoy (de son double nom grec et araméen, la moderne Şanlıurfa en Turquie du Sud-Est), en Mésopotamie du Nord, est devenu, avec la christianisation, l’autre grande langue de culture, à côté du grec, de la Syrie-Mésopotamie et, au-delà, de la Palestine et des populations christianisées de l’Empire perse parthe puis sassanide (Iran, Irak, golfe Persique, Inde). Le syriaque est resté actif comme langue vernaculaire et de culture jusqu’au xiiie/xive siècle, à côté de l’arabe, et encore jusqu’à aujourd’hui, où il est une langue liturgique et parfois littéraire (kthobonoyo), et même de nouveau la langue commune de communication au sein des communautés chrétiennes qui parlent soit le turc, soit l’arabe et différents dialectes araméens modernes (soureth, turoyo), ainsi que le suédois, l’anglais ou le français dans la diaspora.

5La littérature syriaque, qui est le plus important corpus littéraire araméen, constitue le sujet des cours de master et la source principale, avec le grec, des études menées dans le cadre du séminaire de recherche.

6Portant sur l’histoire culturelle et religieuse du viie siècle è.c., la recherche développée sur plusieurs années, et préparatoire à la rédaction d’une monographie, vise à étudier comment les populations du Proche et Moyen-Orient ont perçu les événements de cette période de transition. Elle vise à mettre en lumière la variété des réactions aux événements politiques et religieux de cette période, encore souvent qualifiée de « siècles obscurs » selon la perspective byzantine, mais qui ne sont pas nécessairement perçus de la même manière selon les appartenances confessionnelles. Les conquêtes et l’occupation perse du Proche-Orient puis les conquêtes arabo‑musulmanes ne sont pas perçus de la même manière selon les lieux et les appartenances religieuses. Des précautions méthodologiques sont donc nécessaires pour décrypter les sources produites par les différentes communautés chrétiennes. Les sources ne retiennent pas les mêmes éléments et ne les interprètent pas de la même manière selon que les auteurs sont par exemple chalcédoniens (byzantins ou melkites), syro-orthodoxes ou orientaux (« nestoriens »). Ces sources souvent encore qualifiées « d’externes » par les spécialistes des débuts de l’islam, et produites hors des nouvelles frontières de l’empire byzantin, apportent pourtant un éclairage « de l’intérieur » sur les événements contemporains et sont centraux pour une histoire culturelle, sociale ou encore une histoire des mentalités, sans parler de l’histoire religieuse de la région, qui voit émerger la religion nouvelle qu’est l’islam. C’est dans cette tension entre les sources chrétiennes dans leur variété et leurs différences et les sources zoroastriennes et arabo-musulmanes que se situe cette étude, à la frontière des langues, des religions et des états alors en mouvement.

7Une approche historiographique de la manière d’aborder l’histoire de la région et des religions en présence, ainsi que de la définition de la périodisation historique a constitué le préalable à ce travail. La notion d’Antiquité tardive, son émergence, la critique dont elle a pu faire l’objet, ses effets dans la manière d’aborder ces périodes ont été au cœur de la discussion de plusieurs ouvrages.

  • 1  J. J. Collins (éd.), The Morphology of a Genre, Semeia 14 (1979).
  • 2  R. Bauckham, The Fate of the Dead : Studies on Jewish and Christian apocalypses, Brill, Leyde 1998 (...)

8Afin d’essayer de comprendre pourquoi des textes apocryphes, des apocalypses notamment, ont été produits en aussi grand nombre en réponse aux conquêtes perses et arabo-musulmanes, nous avons essayé de comprendre comment fonctionnait la littérature apocalyptique : qu’est-ce qu’une apocalypse ? Comment définir les termes apocalypse, apocalyptique, eschatologie ? En s’appuyant sur les travaux désormais classiques de J. J. Collins1 notamment, mais aussi de R. Bauckham2, nous avons regardé le corpus des apocalypses anciennes, y compris préchrétiennes, afin d’essayer de comprendre les typologies et de mettre en avant des motifs « génériques » qui se retrouvent à la période chrétienne puis des débuts de l’islam. La production de la période hellénistique s’est avérée particulièrement intéressante pour l’apparition de motifs toujours à l’œuvre au viie siècle : refus de l’occupation étrangère ; apparition d’une nouvelle religion/dieux anciens ; violences politiques et religieuses. La constitution de la figure de l’Antéchrist dont la venue avant la fin des temps est un passage obligé des scénarios apocalyptiques a également été regardée depuis les textes grecs puis syriaques.

9Parmi les motifs apparaissant dans les apocalypses du viie siècle figure au premier chef celui de la Croix du Christ : le dernier empereur y dépose sa couronne à la fin des temps ; le Christ est précédé de son signe lors de sa Seconde venue précédant la Fin. Pour comprendre le rôle qu’elle joue dans la littérature syriaque, nous avons lu les textes évoquant la mise en place progressive d’une théologie de l’histoire où la Croix apparaît comme la protection par excellence de l’Empire romain, depuis la vision de Constantin, en passant par les poèmes d’Éphrem, Contre Julien, et l’histoire syriaque de Julien l’Apostat. Ce dernier texte souvent daté du vie siècle, doit sans doute être remis dans le contexte du ive siècle et de la restauration du christianisme après les années de règne de l’empereur Julien. Il donne une vision de la royauté terrestre à Édesse alternative à celle du texte plus célèbre de la Doctrine d’Addaï.

10C’est aussi une construction de l’image de Jérusalem comme lieu du salut pour l’empire chrétien – par la présence de la Croix notamment – qui se met en place dans ces textes. Plusieurs sources, dont une lettre attribuée à Cyrille de Jérusalem, qui n’est attestée qu’en syriaque, montrent l’association entre la Croix triomphante et protectrice et Jérusalem, ainsi que les enjeux de cette christianisation de la ville sainte vis-à-vis du judaïsme puis de l’islam. Le lieu du Temple et les tentatives, réelles ou imaginaires, de sa reconstruction par les juifs, sont au cœur des textes chrétiens qui déplacent vers le Golgotha la géographie symbolique de Jérusalem. Au ive siècle se met en place une lecture de l’histoire et de l’espace de la ville sainte qui permet de mieux comprendre les scénarios eschatologiques à l’œuvre dans certains textes syriaques au viie siècle.

Introduction à la littérature syriaque (enseignements de master)

11Pourquoi lire les textes syriaques ? En quoi présentent-ils un intérêt, non seulement pour les historiens du christianisme ancien, mais pour tous ceux qui s’intéressent aux religions et à l’histoire de l’antiquité tardive et des débuts de l’islam ? La richesse de la littérature syriaque, ses racines mésopotamiennes, juives et grecques, ont fait l’objet d’une présentation d’ensemble. Des textes particuliers ont ensuite été étudiés, resitués dans une problématique historiographique et dans leur contexte historique et religieux, en traductions modernes pour les étudiants ne connaissant pas le syriaque : Odes de Salomon, Hymne de la Perle des Actes de Thomas ; poèmes d’Éphrem Contre Julien ; poésie de préséance (Satan et la mort ; Cyrille et Nestorius) ; textes sur Alexandre le Grand.

12Les outils de travail traditionnels et électroniques dans le domaine syriaque et des bibliographies sont présentés au cours des séances.

13Les étudiants intéressés ont pu suivre le stage sur les manuscrits grecs et orientaux organisé par la section grecque et de l’Orient chrétien de l’IRHT, deux ateliers étant consacrés plus particulièrement aux manuscrits de l’Orient chrétien (9 au 11 octobre 2013).

14Des publications récentes concernant le domaine syriaque ou les périodes étudiées ont été discutées au cours du séminaire et les nouveautés régulièrement présentées.

15Les étudiants ont eu l’occasion d’exposer et de discuter leurs travaux de recherche ou leurs travaux de validation du cours : Charles Naffah, doctorant EPHE, sur les Vies syro-occidentales de la Vierge ; Damien Labadie, doctorant EPHE, sur les éditions de textes multilingues, suite à un colloque auquel il avait participé à Londres.

16Le mardi 13 mai 2014, Gavin McDowell, doctorant EPHE-Labex RESMED, a fait une intervention intitulée : « La Bible réécrite dans l’Antiquité tardive : La Caverne des Trésors et Les Pirqé de-Rabbi Eliézer ».

17Le mardi 18 mars, Guy Stroumsa, Martin Buber Professor Emeritus of Comparative Religion à l’université hébraïque de Jérusalem et Professeur émérite de la chaire « The Study of the Abrahamic Religions » à l’université d’Oxford, est venu parler de « Mémoires et visions chrétiennes de Jérusalem en contexte juif et musulman ».

18Le mardi 25 mars 2014, Mehdi Azaiez, post-doctorant du Labex RESMED, est intervenu sur : « Le Coran, nouvelles approches ».

19Le mardi 3 juin 2014, Antoine Borrut, Professeur d’histoire de l’islam médiéval à l’université du Maryland (USA), est venu parler de son travail en cours sur : « Les astrologues de Cour et l’écriture de l’histoire dans les débuts de l’islam ».

Haut de page

Notes

1  J. J. Collins (éd.), The Morphology of a Genre, Semeia 14 (1979).

2  R. Bauckham, The Fate of the Dead : Studies on Jewish and Christian apocalypses, Brill, Leyde 1998 (Supplements to « Novum Testamentum » 93).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Debié, « Christianismes orientaux », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 122 | 2015, 241-244.

Référence électronique

Muriel Debié, « Christianismes orientaux », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 122 | 2015, mis en ligne le 11 septembre 2015, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://asr.revues.org/1367

Haut de page

Auteur

Mme Muriel Debié

Directrice d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

  • Christianismes orientaux [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 123 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org